UNE GUINEE NOUVELLE EST POSSIBLE

Les partenaires miniers et les experts du MEDD, s’engagent pour une gestion efficace du futur parc national de pinselli-soyah- Sabouyah dans la zone forestière entre Kindia et Mamou.

Deux jours de travail ont réuni, les directions et services décentralisés du #MEDD, les sociétés minières représentées par WCS, Rio Tinto et WCF, ainsi que les autorités préfectorales de Coyah. Ils y étaient réunis pour l’élaboration d’un plan d’atténuation des impacts environnementaux pendant la phase de construction des rails dans la zone frontalière Mamou Kindia.

Ce chemin de fer long de 600 km est l’un des plus grands projets en cours de réalisation sur le continent Africain et même dans le monde. Un corridor où vivrait aussi la plus grande colonie des chimpanzés en Afrique de l’ouest, mais aussi des éléphants. Comment protéger ces espèces animales et leurs écosystèmes ou comment parvenir à concilier la réalisation d’infrastructures, la protection des communautés et leurs écosystèmes autant de préoccupations exprimées par les parties prenantes qui ont travaillé en groupe thématique sur des thèmes comme :

👉 exprimer les besoins et les conditions à créer par les décideurs et promoteurs, pour la meilleure réalisation du chemin de fer sans impacter les espèces animales, les parcs, et réserves de biosphères de Soyah-Sabouyah, localités touchées par projet.

👉Pour l’AGEE (agence guinéenne d’évaluation environnementale) la réussite du projet nécessite une meilleure étude d’impact environnementale et sociale (PGES). Ce qui nécessite par exemple des moyens notamment de transport pour les différentes missions de terrains, des outils informatiques pour le suivi des activités et la collecte des données etc…

👉 L’OGPRF et Wild Chimpanzee Foundation se sont penchés sur les moyens en termes de transports, de communication, pour des missions de supervision des sites environnementaux et la supervision des sites de concentration de faunes. Ces besoins et d’autres ainsi exprimés pourraient être considérés comme indispensable pour faciliter l’élaboration d’un plan de mise en œuvre visant l’atténuation des impacts lors de la construction du chemin de fer dans cette zone.Ces besoins ont été récapitulés dans un tableau pour être présentés à l’Autorité compétente. À rappeler qu’à l’ouverture des travaux, le secrétaire général, Dr Karim SAMOURA, a au nom de la MEDD, son Excellence Hadja Safiatou Diallo rappelé l’importance de la rencontre qui, selon, lui, doit servir à a𝗹𝗶𝗺𝗲𝗻𝘁𝗲𝗿 𝗹𝗲 𝗽𝗹𝗮𝗻 𝗱’𝗮𝗰𝘁𝗶𝗼𝗻 𝗮𝗻𝗻𝘂𝗲𝗹 𝗱𝗲 𝗺𝗶𝘀𝗲 𝗲𝗻 œ𝘂𝘃𝗿𝗲 𝗱𝘂 𝗣𝗚𝗘𝗦 (𝗣𝗹𝗮𝗻 𝗱𝗲 𝗴𝗲𝘀𝘁𝗶𝗼𝗻 𝗲𝗻𝘃𝗶𝗿𝗼𝗻𝗻𝗲𝗺𝗲𝗻𝘁𝗮𝗹𝗲 𝗲𝘁 𝘀𝗼𝗰𝗶𝗮𝗹𝗲) 𝗱𝘂 𝗰𝗼𝗿𝗿𝗶𝗱𝗼𝗿 𝗽𝗼𝘂𝗿 𝗹𝗮 𝘇𝗼𝗻𝗲 𝗱𝗲 𝗣𝗶𝗻𝘀𝗲𝗹𝗹𝗶 𝗦𝗼𝘆𝗮𝗵 𝗦𝗮𝗯𝗼𝘂𝘆𝗮𝗵.Il poursuivra en disant que, les activités sont connues, mais elles doivent être adaptées après l’interruption des travaux et les responsabilités définies. Le MEDD tient à la bonne exécution du PGES, pour cela, il va déclencher un mécanisme d’engagement continu.Un rappel des engagements de WCS et Rio Tinto lors de l’atelier du 31 mai 2022 a été présenté par le conseiller du MEDD.

1-La mise en place d’une équipe conjointe de surveillance environnementale composée de l’AGEE,OGPNRF, la DNFF, les services déconcentrés et WCF.

2-La réalisation de la carte de distribution des deux espèces prioritaires pour la conservation de la biodiversité (éléphants et chimpanzés) dans une bande de 5 km de part et d’autre du chemin defer.

3-La mise en place d’une stratégie d’atténuation et de compensation des impacts résiduels sur l’ensemble du périmètre de la zone PSS.

4-La réalisation d’une notice d’impacts environnementale assortie d’un plan de gestion environnementale et sociale (PGES) spécifique à Pinselli dans un bref délai.

5-La poursuite des réflexions sur l’opportunités de mettre à jour les cartes thématiques (infrastructures, pistes, routes et faune).

6-La mise à disposition des rapports d’Etudes d’Impacts Environnementales et Sociales (EIES) à tous les services concernés y compris ceux déconcentrés.

7-La réalisation de la mission de contrôle de conformité environnementale et sociale des composantes du projet de WCS avec une attention particulière sur le tronçon PS.

Le document a été validé le 1er juin 2022.Les participants informés de toutes ces étapes ont à l’unanimité énumérés 17 objectifs dont : la protection de la population unique des Éléphants la réduction de l’immigration non Contrôlée La mise en œuvre des activités prioritaires afin de réduire la fragmentation des habitats naturels de la faune du PSS pour atteindre ces objectifs, les participants cibleront 17 activités pertinentes notamment l’aménagement d’un passage des eaux dans le sens de l’écoulement des cours d’eau à travers l’implantation des buses ;La collecte de données en 2023 afin d’estimer les impacts totaux sur les éléphants et la dotation des agents de contrôle et de surveillance en moyens de déplacement et d’équipement.Cette rencontre de deux jours était organisée par le MEDD à travers l’Agence guinéenne d’Évaluation environnementale #AGEE. Elle a réuni les partenaires miniers du Consortium Simandou représenté par M. Terre yang, de #WCF représenté par Christophe Bosch, de Rio Tinto par Dantily DIAKITE, de l’Office Guinéen des parcs Nationaux et réserves et de Faunes #OGPRF représenté par la Directrice adjointe Watta CAMARA.En matière de suivi des engagements énumérés par les participants un comité de finalisation composé du conseiller en charge du développement durable, Paul Kimahévé GUILAVOGUI, les représentants de Rio-Tinto, Mohamed Talawi, de WCF, DP Pacifique, de WCS, TOUNKARA Ousmane, de l’OGPNRF et du BSD et autres structures. Présentation par le conseiller du MEDDPour le représentant du Winning Consortium Simandou Terre YANG, « l’État guinéen doit faire vite pour faciliter le démarrage du projet » À la clôture, le chargé des questions de Développement Durable Paul Kimahévé GUILAVOGUI a pris l’engagement, de remonter toutes ces informations au MEDD pour une rapide prise de décision.

Partager:

Facebook
Twitter
LinkedIn